Nous correspondons actuellement activement avec le Chili, le Père Hector vit avec son temps car il possède une adresse de courrier électronique (e-mail).

Cela nous permet de communiquer beaucoup plus rapidement avec lui, à part un petit détail : il ne parle pas français… Nous devons donc traduire les messages en espagnol, ainsi que traduire ses réponses en français. Vous serez tenus au courant dans un prochain numéro de la revue.